Les conséquences de l’attitude d’un mauvais perdant

Les conséquences de l’attitude d’un mauvais perdant

M. Mermet a demandé l’invalidité totale de l’élection dès le 4 avril, et ce, contrairement à ses affirmations, la main sur le cœur, disant qu’il ne s’attaquait qu’à la « tricherie » du FN.

C’est bien une manœuvre sournoise anti-démocratique qui vient de loin, et qui est démontrée par les faits.

Mais les apprentis sorciers ont-ils mesuré toutes les conséquences de leur volonté revancharde ?

Si l’élection était au final annulée :

– la Ville d’Annemasse n’aurait pendant la période électorale qui suit (3 mois maximum) ni maire, ni conseil municipal, et serait administrée par des personnalités désignées par le Préfet, chargées de gérer les affaires courantes.

– l’Agglo d’Annemasse n’aurait plus de Conseil communautaire pendant cette même période et toutes les décisions y compris budgétaires seraient bloquées.

Ajoutons qu’il faudrait réélire le Conseil communautaire, et qu’en application d’une décision du Conseil constitutionnel, les 6 communes les moins peuplées n’auraient plus qu’un seul délégué.

Ainsi, tout l’équilibre trouvé entres les communes et les 12 maires qui permet de travailler efficacement dans une démarche consensuelle de projet serait remis en cause.

Blocage de la vie municipale, fragilisation de l’action communautaire, remise en cause du fonctionnement des institutions démocratiques…..voilà ce qui nous attend si M. Mermet et ses colistiers UMP arrivaient à leur fin.

Et sans parler du coût d’une éventuelle campagne et d’élections municipales que l’on peut évaluer à près de 200.000 euros dont 140.000€ d’argent public. Vive les économies tant souhaitées par M. Mermet !

Les élus d’Annemasse Ensemble travaillent sereinement au service des Annemassiens. Pendant que d’autres arpentent à nouveau les rues et les places de la ville alors qu’on ne les voyait plus depuis sept mois. Nous affirmons notre confiance dans le Conseil d’État d’une part et dans le soutien des Annemassiens d’autre part.

Retour vers le point sur le contentieux électoral

Laisser un commentaire